Blog, passion et argent: premiers euros sur internet

Cet article participe à l’évènement “Comment j’ai gagné mes premiers euros sur Internet et comment vous pouvez le faire aussi” du site Blogueur Pro d’Olivier Roland. Ce blog m’a beaucoup apporté quant au fonctionnement et mise en place concrète d’un site internet d’information type blog. Vous pourrez y lire de nombreux cas pratiques, par exemple l’article de Jeremy Goldyn auteur du blog Road to Entrepreneur.

Vous pourrez aussi y télécharger l’Ebook gratuit d’Olivier, au titre certes charmeur mais néanmoins bourré d’infos utiles: »Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog ». Très juste, avec en sus une certaine masse de travail et d’efforts à fournir.

Blog, passion et argent: premiers euros sur internet

« Entre le rêve et la réalité, il y a le chemin du courage » – E.E. Schmitt.

Olivier Roland est auteur du livre « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études ». Par son discours quotidien, il inspire des Français à passer à l’action. Vers l’entrepreneuriat, ou l’infoprenariat pour utiliser le terme. Agir, maintenant.

Il est, non pas quelqu’un qui m’a incité à entreprendre puisque je suis dans cette démarche depuis longtemps, mais la personne qui m’a convaincu de la possibilité de vivre de sa passion à l’aide d’un blog.

Pourquoi entreprendre

Devenir entrepreneur est le meilleur moyen de cesser d’échanger son temps contre de l’argent. Encore faut-il le faire intelligemment, sans quoi votre entreprise pourrait devenir votre prison. Pourquoi cesser d’échanger son temps contre de l’argent? Parce que le temps vaut beaucoup plus que n’importe quoi. Il n’a pas de valeur en réalité. Un cadeau inestimable accordé aux êtres vivants.

L’entrepreneuriat est un moyen d’y parvenir, à condition de trouver la bonne formule. Par exemple créer du contenu de valeur ou des formations de qualité. Apporter un service ou de la connaissance qui générera des profits, en ligne sur internet, sans contrainte d’espace et de temps. Ceci est le rêve dans sa dimension économique.

Pour qu’un rêve devienne réalité, il a besoin de sens: il s’agit de choisir un thème. LE domaine qui vous passionne profondément. Parce qu’on ne va pas se mentir, pour parvenir à le réaliser ce rêve, il faudra du courage et beaucoup d’amour pour le projet. Comme on le sait, « Love can do ».

Les affaires en ligne et le blog

L’avantage d’une entreprise sur internet est qu’elle peut être indépendante du temps et de l’espace dans son fonctionnement. Autrement dit générer des revenus toute seule une fois mise en place. Immense liberté. Faire de l’argent en ligne peut prendre différentes formes: e-commerce, formations, affiliation, vente de produits numériques, etc. selon le domaine et la vision de chaque entrepreneur.

Pour répondre au besoin de sens, le blog est un bon format. Il met en avant le contenu et sa qualité, sur une thématique plus ou moins large. Il est interactif, communautaire, peut intégrer de nombreux supports médias, flexible, évolutif et ne nécessite pas de connaissance technique spécifique pour être mise en place ni même gérer.

Le blog est un format de site web simple, personnalisé, accessible techniquement et financièrement, libre de création, non limité dans son contenu. Même sans en faire directement un business, il apparaît comme un moyen de communication efficace disponible pour tous!

L’amour du sujet

Le point le plus important: aimer sincèrement ce que nous faisons. Quelle est la mission du rêve? C’est cela la question. Est-ce faire de l’argent en ligne? Alors un site e-commerce dans la bonne niche pourrait très bien faire l’affaire. Est-ce que nous avons quelque chose à transmettre? Y a-t-il un partage de connaissances? Une étude, des expériences, des recherches? Des conseils, un savoir-faire, de l’art, en un mot: de la valeur à partager avec le monde?

Nul ne doit négliger cette base. Sans fondement solide, aucune construction ne peut être durable. Sonder votre coeur, faites la connaissance de vous-même et trouver les thèmes qui vous sont chers. Votre passion pour ces derniers fera le reste.

Mes premiers euros sur internet

En toute transparence mon blog VCLP aka Vole Comme Le Papillon a réalisé une centaine d’euros à ce jour, et ce très récemment. De quoi payer la structure hébergement domaine et guère plus. Comme le souligne Olivier Roland, les 10 premiers euros seraient les plus difficiles. Vivement la suite donc 😉

VCLP dispose de deux moyens passifs pour générer des revenus: l’affiliation amazon partenaire et le store VCLP qui est une boutique de vêtements et accessoires en ligne, en support au blog. Ce dernier a pour but d’offrir des streetwear / sportwear de qualité aux lecteurs qui trouvent de la valeur sur VCLP et souhaitent apporter leur contribution. Il vient d’être mis en ligne (un mois à peine) et cette formule est assez prometteuse.

L’affiliation avec Amazon est une solution directement liée au trafic. Vous gagnez un petit pourcentage de ce qu’une personne provenant de votre blog commande sur le site marchand. Le système est en place sur VCLP mais le blog n’a pas encore ce genre d’audience. Il est nécessaire de prendre le problème dans le bon sens et revenir aux fondamentaux: faire connaître le blog, construire un trafic plus dense.

Une boutique en ligne repose sur le trafic et les abonnées à une liste de diffusion. Une relation solide avec ces derniers permettra de générer les premiers euros. À moins que vous ne vendiez des produits à très forte valeur ajoutée, il faudra construire une liste conséquente pour réaliser un chiffre d’affaires digne de ce nom. Même combat que précédemment, générer du trafic. Je suivrai les conseils d’Olivier et d’autres blogueurs à succès pour cela. La création d’un Ebook me semble la prochaine bonne étape.

À moyen terme VCLP va offrir des voyages d’initiation et d’entrainement aux arts martiaux du monde ainsi que des stages autour du mouvement pour mise en forme physique et psychique durable. À long terme, avec l’audience adaptée, je construirai des formations sur le système VCLP: Mouvement / Alimentation / Conscience.

Un point à pas négliger au départ pour le site qui apporte de la valeur: les donations. Les gens qui vous suivent, que vous aidez, seront reconnaissants et voudront probablement d’une manière ou d’une autre vous aider à leur tour et participer à leur manière. Bien que ce soit une pratique moins courante en France qu’en Amérique du Nord (je pense au Québec dans le cas VCLP), les proches du projet et/ou de l’entrepreneur souhaiteront probablement apporter leur contribution et être vos premiers sponsors: « love money ».

Les euros générés par un site sont une forme de mesure. La capacité économique est importante à prendre en compte s’il s’agit de votre future principale source de revenus. Cependant laissez-moi vous montrer, dans un référentiel beaucoup plus large, la richesse que cela m’a apportée.

La sobriété heureuse

La connaissance: cette richesse inépuisable dont il vous reste la même quantité alors que même vous la partagez. Je crois que c’est à cela que devrait se mesurer un blog: quel niveau de connaissance partage-il au monde. Quelle valeur apporte-t-il à ses lecteurs. Dans sa réalisation, il est une aventure de connaissance fantastique pour son ou ses auteurs.

Il existe un principe dans la nature qui consiste à ne pas prélever plus que ce dont on a besoin. Nos sociétés modernes l’ont oublié, un peu comme elles négligent la nature. Ceci est source de destruction, de peine, de malêtre profond et de négativité. Définissez ce dont vous avez besoin pour vivre selon vos propres termes. Ayez une idée précise de cela, et réalisez votre rêve en ce sens. Cela rejoint l’idée d’indépendance financière.

Il convient à chacun de définir ce dont il a besoin pour être heureux. Ainsi seulement mener « la vie de vos rêves » peut avoir un sens. Je vous renvoie à l’oeuvre et à la philosophie contemporaine de Pierre Rabhi, « Vers la sobriété heureuse. » Il me semble que c’est le point fondamental, bien plus important que de savoir faire ses premiers euros sur internet.

Parce que l’argent que vous générez n’est pas une valeur en soi, c’est à la valeur que vous apporterez au monde que la juste mesure se prend. Ainsi est la puissance de la modération et de la sagesse.

D’un point de vue personnel, construire un blog et l’alimenter est un puissant moyen de développement. En effet, publier pour un public pousse vers l’excellence. Les recherches, les analyses, l’écriture, ces compétences sont mises au service de la création d’un contenu de qualité et d’un partage de valeur. Une forme d’auto-piratage vers l’action, un chemin pour continuer à apprendre et enfin le plus beau, transmettre le savoir.

Mes premiers euros sur internet, je les ai faits par l’affiliation. Ma première centaine d’euros grâce à un store en ligne en support au blog VCLP. Mon premier mille sera probablement par la réalisation de stages et formations autour du mouvement, de la santé physique et psychique. La suite reste à écrire, des livres sont au projet. J’ai hâte. Plus important encore, j’apprécie chaque nouvelle étape, le travail accompli, l’expérience acquise et toute la connaissance bâtie et partagée. La vraie richesse, à n’en pas douter.

Rester ouvert aux bonnes ondes qui vous entourent. Des gens souhaiteront participer financièrement comme personnellement à votre aventure. Je les en remercie.

VCLP pour Vole Comme Le Papillon, citation de M. Ali. Quatre lettres qui désigne un art de vivre systémique issu de l’expérience, fondé sur le mouvement, l’alimentation et la conscience au service d’un bien-être physique et psychique durable. L’alignement du corps et de l’esprit.

Je m’appelle FAB, vous pouvez retrouver mon blog et mon travail ici. Enchanté. www.volecommelepapillon.com

Apprendre le Muay Thaï en Thaïlande


L’objectif premier de mes voyages en Thaïlande est l’entraînement au Muay Thaï, l’art martial traditionnel thaïlandais. Plus connu sous le nom occidentalisé de Boxe Thaï, il fût adapté et remanié aux États-Unis en tant que Kick Boxing. Ce qui est dans son pays originel un art de vivre, une part intégrante de la culture traditionnelle, est réduit en Occident à un sport de combat dans une salle de gym. Passionné et pratiquant convaincu de la puissance et l’efficacité que véhiculent le Muay Thaï, il me fallait sentir son essence et expérimenter la profondeur et la réalité de cet art de vivre. Découvrir ses vraies valeurs, ses fondements. Alors je pars en Thaïlande pour apprendre le Muay Thaï, comme Pedro part au Brésil pour apprendre la Samba. Ainsi je vais de ville en ville pour apprendre le pas.

Jaroenthong Muay Thaï, Bangkok

Le tout premier entraînement en Thaïlande. Il gardera une saveur spéciale. Et surtout le souvenir d’une température beaucoup trop élevée pour s’entraîner. Je débarque, le corps ne comprend rien, il fait 38*C. J’arrive en très bonne condition physique et pourtant j’ai du mal à respirer, l’humidité m’étouffe, l’eau quitte mon corps, les sels minéraux avec. Le voyage n’aidant pas, mais tout de même. Du calme, il s’agit de s’acclimater.

La rencontre avec Pon, l’un des coaches (Kru au Muay Thaï) est géniale. Il est fort sympathique, souriant, heureux de transmettre son art. Tout ce que j’aime. Alors je m’ouvre tout grand et j’apprends de lui. Beaucoup. Il est un combattant expérimenté avec plus de 300 combats en Thaïlande, dont le Lumpinee, stade et temple mythique du Muay Thaï à Bangkok. Il fait probablement 15 à 20 kg de moins que moi mais je peux vous dire que ça ne l’impressionne pas du tout. Quelle technique. Ci-dessous le très léger sparring avec lui lors du second entraînement.

Alors Pon se met au boulot. Il commence un chantier: ajuster ma jambe arrière pour le Muay Thaï pur. Ce qu’il voit chez moi n’est pas parfait. Sentant l’enthousiasme et l’envie d’apprendre qui m’habitent, cela ne peut se faire proprement sans corriger les bases. Il m’explique que mes hanches ne « swing » pas assez. Il me faut proposer une meilleure mobilité et rotation du bassin. L’endroit même où se situe le centre de gravité. D’où l’appellation de cette transformation, « chantier ». « Swing Swing » répète-t-il, et il m’apprend le pas du Muay Thaï, telle une danse. Un sacré souvenir. La chaleur devient le cadet de mes soucis.

Ce premier contact avec le Muay Thaï traditionnel est magique. Je perçois sa puissance, son intensité mais aussi sa désinvolture, son lâcher-prise. C’est une danse. La nécessité de se relaxer tout en combattant. Une ambivalence stimulante sur laquelle j’ai beaucoup de travail à faire sur moi-même, notamment sur la relaxation.

Pon conclura : « Fab, think too much. Less think Fab ». Moins penser. Oublier l’Égo. Laisser le vrai « Soi » faire son chemin, là maintenant. Habiter le présent. C’est aussi cela le combat et cet état qu’il faut atteindre pour agir en adéquation.

Je ferai plusieurs entraînements dans cette salle durant mon séjour à Bangkok. Je la recommande car l’infrastructure est excellente, propre, l’enseignement est bon et surtout ils sont habitués aux « Farangs », aux étrangers. Vous ne serez donc pas un ovni pour eux. Il s’agit d’une franchise, vous n’y trouverez pas l’esprit familial mais des combattants expérimentés. Très bien pour une première immersion, ponctuelle. Ici les coordonnées de Jaroenthong Muay Thaï Khao San.

Il existe de très bonnes écoles de Muay Thaï à Bangkok. Je pense par exemple à Elite Fight club avec Trainer Gae ou encore YOKKAO Training Center Bangkok où opère le maitre, Saenchai. Je ne souhaite pas m’y attarder car mon esprit ne trouve aucune quiétude dans les grandes villes et je préfère l’authenticité des villages. Pour des personnes restant longtemps à Bangkok et souhaitant s’entraîner, se perfectionner, s’immerger, voire combattre le moment venu: Max Sport Gym est une bonne structure, simple et sérieuse, dans laquelle vous trouverez un appui français parmi les coachs.

Bangkok en résumé : Swing / Think less. Danse / Pense moins. Un conseil qui dépasse largement le cadre des arts martiaux.

Direction le nord de la Thaïlande: Chiang Mai.

Chiang Mai Muay Thai Gym, Chiang Mai

Après un rapide tour d’horizon des camps de Muay Thaï de la ville, je m’oriente vers Chiang Mai Muay Thaï Gym qui me parait le plus adapté à ce que je recherche.

J’arrive un peu juste pour le premier cours. Pas le temps de s’échauffer. Première impression: il y a beaucoup de monde. Plus « d’étudiants » mais aussi de combattants. Les Kru sont des jeunes combattants Thaïs, actifs pour la plupart. Il y a seulement un Coach dans la quarantaine, qui est en charge.

C’est parti. Shadow, sac de frappe, et on y va pour un petit sparring. Premier round un grand Allemand, second round un gros Anglais, je suis léger, ça va vite, je me sens facile. Alors l’un des Thaïs met les gants. Il m’avait repéré dès le départ. Ils aiment tester les Farangs dans leur propre art, surtout les musclés… Je comprends. Ce sera d’ailleurs la ritournelle à chaque nouveau camp. On me teste, certains veulent juste vérifier que la machine est bien huilée, d’autres plus orgueilleux souhaitent démontrer que l’habit ne fait pas le moine et que les muscles ne sont qu’apparence. Peu importe, je prends ce qui vient avec humilité et c’est de toute façon la seule approche valable pour apprendre. Parfois je gagne, souvent j’apprends, toujours je démontre du coeur. C’est ce qui fera, à chaque fois, la différence et l’acceptation au sein d’un groupe Thaï.

Le jeune coach me prend à part avec un sourire narquois. Je sais que je vais manger. Ce qu’on ne sait pas, c’est quel plat. Lors de ce premier entraînement, je ramasse sans pouvoir redonner. À chaque fois je reviens, je me relève, et me refais punir. Cela fait partie de l’apprentissage et je l’accepte. Ce soir, j’ai appris. Le coach en charge voit tout cela.

Le lendemain, même entraînement. J’ai le temps de m’échauffer, je suis bien. Je sais déjà que le Thaï me reprendra à part pour le sparring. Il a un point à démontrer, et j’ai pour ma part une autre conclusion à lui soumettre. Le Head Coach me donne le Pao. Je suis honoré. Je sens son énergie. Il ne me reprends sur rien, il laisse couler et même commence à m’encourager et apprécier la danse. Il me laisse aller dans mon style. Me voilà requinqué, et ce malgré l’intensité: il me fait frapper les pattes d’ours comme un gorille. Mes pensées s’arrêtent. Je suis prêt pour le sparring. Mêmes joueurs jouent encore. Je perdrai le premier round. Dans le second round, le rapport de force s’inverse. L’énergie change. Mon esprit est clair. Aucune pensée, aucune peur. J’ai pris l’ascendant, juste pour montrer la force de mon coeur. N’est-ce pas là ce qu’il souhaite toucher après tout? Les coups et combinaisons deviennent lisibles, je bloque, je sens. J’en attends plus, riposte et commence à attaquer… calme et déchainé. Une puissante combinaison. De ce jour j’ai compris que je pouvais boxer en Thaï, avec les Thaïs.

Quelques mots sur cette école de Muay: une structure très sérieuse approuvée par le département éducation du gouvernement. Vous y trouverez des étrangers avec des niveaux variables, l’absence de sentiment d’être en compétition, et de bons combattants Thaïs, jeunes pour la plupart. À noter que Chiang Mai Muay Thai Gym propose des visas éducation pour les personnes qui souhaiteraient étudier et s’entraîner au Muay Thaï à long terme. À mes yeux, une bonne école en ville.

En quittant Chiang Mai Gym après plusieurs sessions, je retiens l’état d’esprit qui est autant lié au coeur qu’à l’esprit lui-même. Ce dernier restant calme, d’une clarté remarquable, sans pensée, sans bruit.

Direction le sud!

Krulek, Ao Nang (Krabi)

Kru Lek est un super gars, plutôt grand pour un Thaï. Il a été champion du sud de la Thaïlande. C’est un tout petit gym qui ne paye pas de mine. La plupart du temps il enseigne seul car le petit nombre de participants le lui permet.

Chez Kru Lek on encourage le timing et la puissance. La belle technique passe après, encore que pour mettre de la puissance dans les coups portés il faut correctement utiliser les hanches et le bassin afin de bien pénétrer la cible.

Il passe du temps sur l’importance du jeu de jambes du Muay Thaï. Qui est simple, basique même, mais obligatoire. On revient toujours dans la même position et on respecte un certain tempo.

Kru Lek revient sur ma jambe arrière: « Swing Swing ». Il a raison, je connais la chanson. Il me montre aussi le transfert de poids pour envoyer la jambe avant correctement. Toujours une histoire de jeu de jambes.

Ce qui me marquera le plus est la solidité de Samart (un autre coach Thaï) qui est dans la cinquantaine, qui fait 55 kg à tout casser et qui, non seulement est imbougeable au clinch mais en plus me balade… c’est simple, son cou est si fort que je peux le bouger… Il joue avec moi.

Je connaissais l’enjeu du clinch, je le comprends maintenant par la pratique : il s’agit de contrôler le cou et la ligne d’épaules. Si vous maitrisez cela, vous mettez n’importe qui n’aurait pas cette connaissance à terre en quelques secondes. Avec la possibilité d’envoyer des genoux dans différentes parties vitales, selon la sanction que vous souhaitez infliger à l’opposant. Le clinch c’est sérieux. D’ailleurs à l’entraînement au clinch nous n’utilisons pas le genou en lui-même mais le bas de la cuisse pour éviter les blessures, et jamais de manière frontale.

Physiquement je commence à être entamé à la fin de la première semaine d’entraînement complète chez Kru Lek, à raison de deux heures par jour. Je suis beaucoup trop tendu pour une bonne pratique intensive. Il faut savoir relaxer, et récupérer. La fatigue est là et le dos douloureux. Pour les mêmes raisons, trop tendu à répétition.

Dans les autres bobos à déclarer, le tibia droit (ma jambe arrière) est abimé depuis le premier ou second entraînement à Bangkok où j’ai commencé trop vite, trop fort. Un conseil, laisser le corps d’endurcir à son rythme. En voulant durcir mes tibias, je me suis blessé. Les os sont longs à se réparer. Très long. Alors je compose avec… Il faut se préparer à cela dans le sport intensif. Le moment optimal où tout est parfait, fonctionnel à 100%, est rare. En attendant lorsqu’on passe la main sur le tibia droit, on ne peut pas se tromper, il y a bien un creux suivi d’un oeuf sur l’os et une fêlure dans mon esprit.  

Lors d’un entraînement j’ai la chance de faire un petit sparring avec Kru Lek. Je ne sais pas comment m’y prendre pour l’attaquer. Il occupe le ring, sa position mais aussi son attitude m’incitent à rester à distance sans pouvoir m’exprimer. Il est serein, il ne craint rien. Très intéressant.

Nous passons les dernières minutes de la session sur le sac de frappe pour laisser libre cours à la puissance; lâcher les fous après la retenue exigée par un sparring léger. Kru Lek envoie dans grands middle puissants dans le sac en criant et je suis juste derrière lui, chacun notre tour. Ce moment est magique. Je m’inspire de lui, de son mouvement, je me nourris de sa puissance et de sa technique. Superbe. Le sac se déforme sous l’impact des tibias.

Je suis aussi surpris de ma propre puissance à ce moment que de la difficulté à me tenir composé face à Kru Lek sur le ring, quelques minutes auparavant. Bien que je recommande cette école pour les débutants en raison de sa très petite structure, Kru Lek en connaît long sur le Muay Thaï… Je suis reconnaissant d’avoir pu passer du temps avec un combattant aussi expérimenté, calme et passionné.

J’y découvrirai le vrai enjeu du clinch qu’on pourrait appeler le jeu de la gravité. J’y acquerrai le tempo et le rythme Muay Thaï, en respectant de mieux en mieux son jeu de jambes. Une phrase de Kru Lek restera mythique avec un collègue hollandais que je rencontre sur place à l’entraînement: « sometimes knee / sometimes elbow ». Cela résume bien le Muay Thaï et sa philosophie. On se sait ni ne contrôle ce qui va se passer, on combat c’est tout. Parfois le genou, parfois le coude.

Voici les coordonnées du gym de Kru Lek http://www.krulekmuaythaigym.com

En résumé, je pense que c’est une très bonne école pour commencer. Kru Lek écoute, regarde. C’est un bon professeur pour le timing; prendre son temps. Il étudie spécifiquement chacun pour apprendre par exemple le clinch aux débutants, ce qui peut être rare dans les camps…

Un soir nous sortons avec Kru Lek et d’autres de ses « étudiants ». Dans un bar, il me présente un des ses amis et jeune combattant, Man Chai. Je sens l’énergie du garçon. L’équipe de combattants de l’école de Dam Chalamkaw est là ce soir, je les rencontre. Le courant passe, l’énergie est belle. « Lundi matin, tu viens pour un essai? »

Chalamkaw, Nong Thale (Krabi)

Je suis le courant. Lundi matin ils me voient arriver au camp à 8 heures. Je m’y entrainerai pendant un mois, chaque jour pendant deux heures, parfois deux fois. Lorsque je ne pratique qu’une fois le matin, à midi je répète les mouvements que j’ai appris: shadow Muay Thaï sur la plage, puis étirement et relaxation. Je pense Muay Thaï. Parfois les Thaï m’invitent à rester pour déjeuner avec eux. Je mange Muay Thaï. La nuit, je rêve Muay Thaï, ce qui n’est pas très reposant.

Ici je découvre qu’on ne recule pas au Muay Thaï. Cela ne fait pas partie des options. Acculé, on avance et on envoie les coudes, le genou. Les parties les plus dures de notre corps.

J’apprends que je dois combattre comme je marche. C’est-à-dire sans penser, presque inconsciemment. On me répète encore et encore, le Muay Thaï c’est comme la marche.

À leur tour ils sont étonnés par une contraction musculaire quasi constante. Il faut que je relâche plus. Mon énergie s’épuise inutilement et cela gène la fluidité de la danse. Les Kru me prennent pour un grand malade, et ils mettent eux aussi en évidence le fait de trop penser. « Think too much. No think ». Les maux d’un Occidental en quête de sens?

Je découvre dans ce camp des combattants et anciens combattants, de confession musulmane et bouddhiste, qui vivent ensemble dans l’harmonie d’un art commun et partagé, le Muay Thaï. Quelle richesse.

Muay Thaï - Chalamkaw team
Chalamkaw team 2018

Un jour, un conseil nouveau par le doyen du camp: il est temps d’accepter son propre pouvoir. Cesser de craindre. On entre ici dans une introspection personnelle dont je vous ferai grâce, mais vous constaterez que tout ceci dépasse largement le cadre des arts martiaux et que cet apprentissage hors de la zone de confort (un apprentissage digne de ce nom peut-il d’ailleurs avoir lieu autrement?) n’est autre qu’un possible chemin de notre propre élévation.

Il n’avait jusqu’alors jamais été question pour moi de combattre en Thaïlande. Et puis les choses sérieuses commencent. Je reçois un entraînement d’une grande qualité, d’une précision technique remarquable. On ne me laisse rien passer. La jambe arrière revient sur le tapis. « Swing, same than walking, no jump, this is not kick boxing ». Tous les jours je suis là de bon matin, le sourire aux lèvres avec un enthousiasme inébranlable pour en baver, pour apprendre. Le meilleur comme le pire. Un jour cette phrase: « tu veux combattre? »

Ce camp a été un profond coup de coeur lors de mon premier voyage en Thaïlande. Les planètes se sont alignées et j’étais exactement là où je devais être à ce moment.

Malheureusement, l’équipe a depuis été dissoute, chacun parti entrainer dans d’autres camps plus fréquentés. Bien sûr il reste Dam que je reverrai, mais ce n’est plus la même saveur après avoir connu une telle équipe, si riche et diverse. Je me suis retrouvé seul Farang en son sein. Un moment hors du temps, que j’ai savouré à sa juste valeur alors qu’il était présent. Une rencontre un soir dans un bar et un mois d’entrainement intense et technique de pur Muay Thaï plus tard, je ne suis plus exactement le même homme.

Je reverrai toujours Kru Poo m’apprendre les différentes techniques de coude. Lui l’ancien, qui ne m’a pas adressé la parole pendant les quinze premiers jours d’entrainement acharné. Un jour il s’est levé, et c’était le moment. J’avais gagné le droit d’apprendre, j’étais digne du savoir ancestral Thaï. Gravé en moi.

Je vous encourage à aller vous entrainer dans cette école qui met l’accent sur la technique si vous passez par Krabi. Par l’équipe que j’ai pu côtoyer à ce moment, j’y ai reçu un enseignement de très haut niveau. Kru Dam, le patron, est toujours présent et dispense son enseignement. Il est connu en Thaïlande notamment pour sa technique de low kick dévastateur et son hospitalité. https://www.chalamkhowmuaythai.com

Lanta Muay Thai Academy, Koh Lanta (Krabi)

Depuis Krabi, Quelques heures de mini-van et nous voilà arrivés sur l’ile de Koh Lanta, installés dans un bungalow de bambou à deux pas de la plage. Il existe plusieurs écoles sur l’île mais Kru Dam Chalamkaw m’a recommandé Lanta Muay Thaï Academy, la plus ancienne. Ainsi soit-il.

Les sessions d’entrainement durent entre 1h30 et 2h selon les camps. À Lanta c’est 1h30, en revanche le rythme est soutenu avec très peu de temps morts.

Les entrainements ici sont plutôt accès sur le physique. Ainsi elle convient bien à des personnes qui seraient en phase de perte de poids, renforcement musculaire, tonicité / explosivité. Effectivement, ici vous ferez des pompes, des abdos et du gainage!

Ceci étant dit, les Kru sont nombreux, capables chacun dans leur spécialité de dispenser un enseignement technique. Vous ne passerez donc pas à côté du Muay Thaï traditionnel pour autant. L’équipe est stable et solide, ce qui va permettre de varier les plaisirs en changeant de Kru à chaque session et éviter l’accoutumance du mouvement. Un très bon point et un gros avantage, en apprenant un peu de chacun.

Jusqu’à ce que vous tombiez sur Kru Art! Un grand malade et surtout un fin technicien qui a une longue expérience de combattant en Muay Thaï, qui s’est entrainé avec nul autre que Saenchai… Quand Kru Art vous donne le pao et qu’il vous dit « Slow Slow », préparez-vous à avoir les muscles qui brûlent et le souffle court! Les trois minutes sont longues, c’est le Muay Thaï qui rentre ;). Art est en charge de la préparation des combattants du camp.

L’échauffement s’effectue avec un personnal trainer (Slava le Russe!) qui est à la fois fort compétent et disponible. Il est d’ailleurs possible de s’entrainer en fitness avec lui à la place de la session de Muay Thaï. Son approche du mouvement est adéquate, il se concentre sur le renforcement des zones clés comme le bas du dos et prend le temps d’expliquer pourquoi cet exercice, pourquoi telle zone. Quelqu’un au service du mouvement, comme on aime chez VCLP.

Tout le monde passe au moins 3 rounds au pao. Débutant comme Champion. L’équipe gère le déroulement de l’entrainement pour cela.

Si vous le souhaitez, débutant comme confirmé, vous serez invité au sparring (léger).

L’ambiance familiale qui règne dans ce temple du Muay Thaï est agréable. On se sent bien. La première fois je rencontre Kru Aek. Lorsque je reviens sur place un an après lors d’un second voyage, tout de suite il me reconnaît, me prend avec lui, me montre des techniques d’ancien, etc…

Muay Thai Kru Aek
Kru Aek, Lanta Muay Thai Academy

Selon le niveau et temps sur place, il vous sera proposé de combattre en Muay Thaï traditionnel. Aek se fera un plaisir de vous y encourager, comme il me le demande chaque jour ;). Le gym a toute la structure pour vous accompagner sérieusement dans cette démarche. Wut par exemple est à la fois Kru et combattant encore actif du Lanta Muay Thaï Gym. Un pur guerrier sur le ring et une crème dans la vie et à l’entrainement. Hut a un genou dévastateur et il n’hésitera pas à vous montrer les ouvertures pour les coudes (sans jamais vous toucher avec). Bang est la définition de la puissance. Lee, quant à lui, a une approche technique mettant la boxe anglaise en avant…

Après l’entraînement vous pourrez relaxer dans la piscine de 25 mètres de l’hôtel qui se situe dans ce complexe sportif à taille humaine. Plaisir.

Lanta Muay Thaï Academy est reconnue par le gouvernement et offre aussi un visa étudiant dédié à l’apprentissage du Muay Thaï pour en devenir instructeur.

L’école est idéalement située, à deux pas d’une des plus belles plages de l’île. La baignade dans l’océan et le soleil après l’entrainement, idéale pour commencer la récupération.

Au final Lanta Muay Thaï est une structure adaptée à VCLP et ce que je veux réaliser, tant pour mon entrainement personnel que comme une expérience à vivre que je souhaite offrir via le blog. Vous y recevrez un enseignement Muay Thaï complet associé à un renforcement physique.

Je choisirai d’ailleurs d’y revenir deux mois l’année suivante pour valider ce choix. En effet, l’environnement est idéal: excellentes conditions d’entrainements, atmosphère calme et sereine pour bien s’entrainer et travailler si vous le souhaitez, bonne connexion wifi, possibilité de se restaurer sur place, rencontrer des personnes venues des quatre coins du monde, se reposer, explorer… La structure est adaptée pour les familles, avec des suites familiales, entrainements et activités pour enfants. Il s’agit également d’un bon spot pour plonger et s’initier à la plonger sous-marine.

Lanta Muay Thai Academy, associé au complexe Lanta Sport, offrent les meilleures dispositions selon les critères VCLP. Ainsi naturellement je noue un partenariat avec cette institution pour envoyer mes lecteurs s’entrainer, se mettre en forme, se relaxer et se reposer au rythme de l’île. Deux formules seront possibles: partir n’importe quand dans l’année pour s’y entrainer (et/ou se reposer, l’hôtel est top…), partir avec moi pour un stage VCLP et une expérience autour du Muay Thaï, de l’alimentation et du mouvement.

Le Muay Thaï est incontestablement un art martial dévastateur. Je le considère comme une arme qui doit être utilisée en dernier recours, dans une situation de défense. Mais il est aussi une danse et une forme de jeu. Par sa pratique encadrée, il est un formidable moyen de connaître son coeur.

Ce que je ne réalise pas encore après mon premier voyage en Thaïlande, est que voir le monde et intégrer les cultures par le mouvement, sonder le coeur des peuples à travers les arts martiaux, deviendra ma seule et unique manière de voyager. C’est une approche très particulière en pleine conscience, de laquelle je reçois toujours, inexorablement, des expériences riches et inoubliables.

Dans l’attente de la mise en ligne d’une plate-forme de réservation pour partir s’entrainer, découvrir ou encore se remettre en forme dans un camp de Muay Thaï en Thaïlande via le blog VCLP, vous pouvez me contacter à ce sujet. À titre d’exemple, alors que je n’ai vraiment pas de poids à perdre étant déjà sec, très peu de graisses à bruler, pour autant je me déleste au minimum de 3 à 4 kg les deux premières semaines suivant mon arrivée dans le berceau du Muay Thaï. L’alimentation, l’entrainement, réveiller l’animal qui sommeille en nous… Il y a matière, et bien plus: conscience et durabilité.

Enfin, cela peut valoir de nombreux stages d’initiation à la self défense qui sont pour certains des théories fumeuses, des actions sur des hypothèses de situation qui ne se produisent jamais ou qui sont aberrantes. Quand on voit des gens qui vous expliquent comment attraper un couteau… Si vous n’êtes ni Steven Seagal ni formé dans le maniement des armes, vous oubliez cette vraie fausse bonne idée tout de suite. Le Muay Thaï, comme d’autres arts martiaux traditionnels qui sont restés proches de leurs valeurs, est la réalité. Apprendre à recevoir des coups, constater que nous ne sommes pas en sucre mais constitués d’os et d’eau. D’atomes, comme le reste de la matière. Prendre à la fois confiance et la mesure de notre propre puissance. Traiter directement la peur en développant des réflexes de protection et de réaction. Le Muay Thaï est une définition martiale de l’efficacité.

Il serait réducteur de ne lui attribuer que cette définition. Les arts martiaux dignes de ce nom représentent un cadre. Ils sont le support d’un système de valeurs qui fait cruellement défaut dans les sociétés occidentales. Le Muay Thaï, attaché à ses traditions, pérennise des valeurs comme le courage, la volonté, la loyauté, la droiture, l’honneur, le respect. Il favorise la présence au monde réel, le lâcher-prise et la conscience. Outre une forme élevée de mouvement conscient, les arts martiaux offrent un fourreau à l’esprit humain dans lequel il peut reposer.

Dans cet art une sagesse qui a su traverser les âges et dont je reconnais aujourd’hui le besoin grandissant.

Si vous avez des recommandations sur des écoles et camps de Muay Thaï en Thaïlande, issues de vraies expériences, n’hésitez pas à partager en commentaire.

Pour conclure, au cas où vous n’auriez pas cliqué sur la vidéo en introduction à cet article, c’est le bon moment. https://www.youtube.com/watch?v=K15jFDS1ZQg

Pieds nus, l’essence même du mouvement

Marcher pieds nus est (re)devenu un véritable plaisir. Pour cause, les sens éveillés sont à la recherche d’informations naturelles. Le contact avec le sol est un bon moyen de leur en procurer. Imaginez un chien de chasse humant l’air, truffe au vent, captivé par le flux d’informations olfactives qu’il reçoit. Maintenant imaginez ce même chien muselière sur le museau. C’est en quelque sorte ce que nous infligeons à nos sens en portant des chaussures. Certes elles sont confortables, mais le confort est-il toujours salutaire? Les gants aussi sont confortables, pour autant ils amputent la main d’une grande partie de ses sensations, diminuent la dextérité. C’est pourquoi nous les enlevons dès que l’occasion se présente. Homos Sapiens Sapiens, si sage soit-il, aurait-il confondu confort et utilité à un moment dans son évolution?

Pieds nus l'essence même du mouvement

Quel plaisir que celui de fouler un sol tendre chauffé par les rayons du soleil. En plus d’être agréable, évoluer pieds nus apporte de nombreux bénéfices pour la santé et le mouvement naturel. Pourquoi marcher pieds nus? Parce que les chaussures apportent en réalité, avec le confort, leur lot de problèmes comme nous allons le voir. Condoléances à cette industrie. Qui veut aller loin ménage sa monture. Et qui veut aller bien marche pieds nus.

Continuer la lecture de « Pieds nus, l’essence même du mouvement »

Rencontre avec des éléphants

J’éprouve encore de la difficulté à exprimer ce moment qu’est la rencontre avec un éléphant. Un être vivant majestueux, unique. Une journée dans un sanctuaire d’éléphants aux abords de Chiang Mai a été le deuxième arrêt sur image lors de mon voyage en Thaïlande. Une expérience hors du temps lors de laquelle j’ai pris une grande claque de vie, purement et simplement.

Rencontre avec des éléphants

Continuer la lecture de « Rencontre avec des éléphants »

Thaïlande : partez à l’aventure !

Thaïlande
Thaïlande : partez à l’aventure !

Le temps de vous conter mon expérience en Thaïlande est arrivé. Cet article sera consacré à l’aventure à travers le pays. Un texte sur l’entrainement au Muay Thai en Thaïlande suivra, ainsi que ma rencontre avec des éléphants. L’idée est de raconter cette aventure et d’en tirer des réflexions à partager avec vous. C’est un article illustré, avec des vidéos, que vous allez découvrir. 

Thaïlande : partez à l’aventure, c’est maintenant 🇹🇭 

Continuer la lecture de « Thaïlande : partez à l’aventure ! »

Nous sommes ce que nous mangeons

Vous avez surement déjà entendu l’adage nous sommes ce que nous mangeons ou encore aperçu le hashtag #youarewhatyoueat. Que je partage ce point de vue à 100% n’est pas très important, en revanche essayer de faire évoluer le vôtre en vous racontant une histoire vraie me paraît tout à fait intéressant. Voici comment puis-je vous servir.

nous sommes ce que nous mangeons

Comment notre alimentation influence ce que nous sommes? Quelle est la profondeur du lien? La nourriture peut-elle changer votre vie? La réponse ici. Continuer la lecture de « Nous sommes ce que nous mangeons »

Superalimentation, source de santé, part. 3

Suite et fin de la série superalimentation.

Ceci est un article pratique! Savez-vous ce que l’on nomme par superalimentation? Comme pour les exercices et les méthodes d’entraînement, parmi les aliments, il en existerait des meilleurs que d’autres pour chacun d’entre nous. Il s’agit de la troisième partie de la série superalimentation, dans laquelle je dresse une liste superalimentation, celle qui compose mon alimentation. Pour lire la partie 2, cliquez ici.

superalimentation

Continuer la lecture de « Superalimentation, source de santé, part. 3 »

Un mode de vie en mouvement est un art

On entend partout et de plus en plus qu’il faut avoir un mode de vie sain. Bien manger. Faire du sport. Avoir de l’activité physique. Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement? Être en mouvement.

un mode de vie en mouvement est un art

Pour la plupart d’entre nous, adopter un mode de vie sain consiste à se rendre à la salle de sport 4 à 5 fois par semaine et se caler sur un régime santé, léger. Alors que je suis favorable à tout ce qui pousse les gens à être actifs et bien manger, une heure de gym par jour n’est pas suffisant. Aie. Pas plus qu’une classe de spinning, de Bikram yoga ou un long run. Désolé. Mais je vous en prie, lisez la suite. Continuer la lecture de « Un mode de vie en mouvement est un art »

Superaliment, source de santé, partie 2

Ceci est un article pratique! Savez-vous ce que l’on désigne par superaliment? Comme pour les exercices et les méthodes d’entrainement, parmi les aliments, il en existerait des meilleurs que d’autres pour chacun d’entre nous. Il s’agit de la seconde partie de la série superalimentation, dans laquelle je dresse une liste superaliment, ceux qui composent mon alimentation. Pour lire la partie 1, cliquez ici.

Continuer la lecture de « Superaliment, source de santé, partie 2 »

Superaliments, source de santé, partie 1

Ceci est un article pratique! Savez-vous ce que l’on désigne par superaliments? Comme pour les exercices et les méthodes d’entrainement, parmi les aliments, il en existerait des meilleurs que d’autres pour chacun d’entre nous.

superaliments

Aujourd’hui nous pouvons lire tout sur tout. Il y a toujours une étude pour démontrer que telle chose est bonne, telle chose est mauvaise. On peut faire dire ce que l’on veut aux études, surtout lorsqu’elles sont financées par des intérêts économiques. Le retour à l’observation, à l’expérimentation individuelle est de rigueur. Ainsi je vous livre ici, de manière empirique, ce qui fonctionne pour moi.

Continuer la lecture de « Superaliments, source de santé, partie 1 »

Pourquoi élever sa conscience?

«Le monde que nous avons créé est le résultat de notre niveau de réflexion, mais les problèmes qu’il engendre ne sauraient être résolus à ce même niveau.» – Albert Einstein. Ou pourquoi élever sa conscience.

Pourquoi élever sa conscience?

Albert, encore toi. En même temps on ne peut pas faire beaucoup plus claire comme explication. Nous pourrions écrire des livres et des livres sur l’élévation de conscience, sa nécessité. Elle se résume à cela : Continuer la lecture de « Pourquoi élever sa conscience? »

Apprendre à écouter son corps

Écouter son corps ne tombe pas sous le sens en pratique. Rester connecté de manière permanente l’est encore moins. Pourtant c’est dans cette direction que nous allons. Mais devinez quoi? Cela s’apprend.

écouter son corps

Et on ne va pas se mentir, il y a du TAF.

Recevoir les signaux du corps en permanence c’est juste améliorer sa qualité de vie. Notre corps, notre habitat sait, avant même que nous ayons pu formuler une pensée, ce dont nous avons besoin. Quand il n’est plus nécessaire de s’interroger, que c’est une sorte de réflexe interne, alors cela devient un véritable allié.  Continuer la lecture de « Apprendre à écouter son corps »

La Réflexologie, c’est quoi?

Qui de mieux qu’une réflexologue pour parler réflexologie?

Pour ce premier article invité sur Vole Comme Le Papillon, j’ai la chance de recevoir un texte de Julie qui pratique la réflexologie en France, en région Centre. Elle nous explique simplement les origines et principes de cette pratique, ainsi que son fonctionnement et champ d’action. J’ai testé, et approuvé: l’effet relaxant est indéniable. Une médecine douce qui mérite de se démocratiser.

Merci à Julie, bonne lecture !

Continuer la lecture de « La Réflexologie, c’est quoi? »

Okinawa, l’île des centenaires en bonne santé

Si notre espérance de vie humaine augmente solidement, peu nombreux sont les individus qui réussissent la traversée de la vieillesse en bonne santé. Pourtant il y a cette île au Japon, Okinawa, également appelée l’île des centenaires, qui affiche une réalité bien différente… et très encourageante.

Quel est le secret de ses habitants?

Okinawa, l'île des centenaires en bonne santé

Continuer la lecture de « Okinawa, l’île des centenaires en bonne santé »

La nature est la source de la connaissance

La nature est la source de la connaissance, comme le pensait Léonard de Vinci – « La nature est la source de toute vraie connaissance. Elle a sa propre logique, ses propres lois. Elle n’a pas d’effet sans cause, ni d’invention sans nécessité »

La nature est la source de la connaissance

Pourquoi avait-il raison ce génie? Comment cela se vérifie-t-il aujourd’hui? Quel enseignement en tirer pour notre avenir?

Continuer la lecture de « La nature est la source de la connaissance »

Autophagie, Nobel de médecine 2016

Nous savons depuis peu que nos cellules sont capables de régénérer leurs parties abîmées ou usées par le temps. Notre corps entier bénéficie de ce « rajeunissement cellulaire ». Et le plus fort c’est que nous pouvons déclencher nous-mêmes ce processus par des jeûnes courts, comme pratiqué dans le régime du guerrier. Ce mécanisme naturel interne est l’autophagie, sujet du prix Nobel de médecine 2016.

Autophagie, Nobel de médecine 2016
Continuer la lecture de « Autophagie, Nobel de médecine 2016 »

Le régime du guerrier, en pratique

Vous avez été plusieurs à me poser différentes questions sur la mise en place concrète dans la vie du régime du guerrier. Par exemple: « Je suis en couple, comment intégrer le régime du guerrier dans mon quotidien? » Ou encore: « Je travaille au bureau / Je suis commercial, j’ai des déjeuners d’affaires… ».

Laissez-moi vous dire qu’il est bien moins contraignant qu’il n’y paraît. Nous allons voir pourquoi. Je vous donnerai aussi des indices: comment et pourquoi avancer progressivement dans ce régime.

Continuer la lecture de « Le régime du guerrier, en pratique »

Régularité, principe général de l’entrainement

Par expérience, et attention ceci est une révolution, il est une règle au-dessus de tout pour n’importe quel entrainement: la régularité. Plus l’investissement individuel et la fréquence seront élevés, plus l’apprentissage sera rapide. Plus la maitrise arrivera vite et la pratique deviendra vôtre. Globalement vous pouvez arrêter la lecture ici, secret livré, clap de fin. Rideau.

Régularité, principe général de l'entrainement

Le problème de la régularité? Elle est directement liée à la discipline et à la motivation. Pas toujours nos meilleurs amis…

Continuer la lecture de « Régularité, principe général de l’entrainement »

Just do it – AGIR et Passer à l’action

Un des meilleurs conseils qu’on puisse donner à quelqu’un est d’agir pour ce qu’il aime. Réaliser cet article va m’aider moi aussi à mettre en action tout ce que je rêve de faire. Comme écrire et partager mon expérience à propos de l’activité physique à travers ce blog. Expliquer comment le mouvement et l’alimentation permettent d’atteindre un niveau de conscience plus élevée tout en croquant la vie.

Continuer la lecture de « Just do it – AGIR et Passer à l’action »

Le régime du guerrier, en substance

Vous pensez vraiment que je vais vous livrer mon secret comme ça? Gratos? Avec le régime du guerrier?

Vous faites bien.

C’est clairement un de ces « game changer ». Il y a un avant et un après. Ce « régime » fait parti des événements qui ont changé ma vie. Je peux dire que l’alimentation a une grande part, probablement plus importante que l’entraînement physique encore, dans notre perception de ce monde.

Continuer la lecture de « Le régime du guerrier, en substance »

Corde à sauter: la pépite de l’entrainement

Corde à sauter, corde à danser chez nos amis québécois, Jumping rope pour les Kainri. Bref une corde. Celui qui me parle de la chanson de « Moussier Tombola », tu t’es trompé de site mon pote.

Si je devais choisir un seul entrainement court parmi tous, c’est celui-ci. C’est l’exercice idéal et je vous explique pourquoi.

Continuer la lecture de « Corde à sauter: la pépite de l’entrainement »

La puissance de l’intuition

La physique telle que nous la connaissons aujourd’hui est dominée par deux grandes théories: la relativité générale et la mécanique quantique. Les deux semblent inconciliables. Chacune nécessite une conception du monde qui s’oppose à celle de l’autre. Ces problèmes sont particulièrement apparents lors de l’étude de l’univers, des trous noirs et de la nature du vide. Les théoriciens cherchent le lien qui harmoniserait la physique et solutionnerait le TOUT. On en est donc là. C’est extraordinaire! Rendez-vous compte comme c’est excitant.

Puissance de l'intuition

Continuer la lecture de « La puissance de l’intuition »

Etre présent: « Don’t think you are. Know you are »

Etre présent? Qu’est-ce donc cela? A quoi cela sert? Je partagerai ici une expérience à essayer qui nous vient du philosophe Eckhart Tolle, dont je recommande la lecture des oeuvres. En particulier « le pouvoir du moment présent » (cf article).

Il donne l’enseignement de faire une pause de présence. C’est-à-dire ressentir son corps en l’habitant. C’est cette même expérience dont je parle quand je dis « écouter le corps ». Ressentir et recevoir les signaux qu’il nous envoie. C’est même méditer si vous voulez employer des gros mots. Ou encore accéder à un niveau de conscience plus élevé. Tout ceci est le même concept.

Laissez-moi prendre quelques exemples douteux pour mieux l’illustrer.

Etre présent: "Don't think you are. Know you are" Continuer la lecture de « Etre présent: « Don’t think you are. Know you are » »

Accepter l’inconfort

Rassurez-vous, nous sommes tous au même niveau. TOUS. Y compris les athlètes qui s’entraînent chaque jour. Pourquoi? Parce que pour progresser, il faut accepter l’inconfort. C’est-à-dire sortir de sa zone de confort.

Accepter l'inconfort

Parce que la méthode d’entrainement qui prévaut est la suivante : toujours garder l’esprit du débutant. Comment?

En changeant constamment d’entrainement. Le monde bouge, les situations évoluent. Votre entrainement doit suivre ce flot. Ainsi affronter des nouvelles situations devient normal. Continuer la lecture de « Accepter l’inconfort »