Le régime du guerrier, en substance

Vous pensez vraiment que je vais vous livrer mon secret comme ça? Gratos? Avec le régime du guerrier?

Vous faites bien.

C’est clairement un de ces “game changer”. Il y a un avant et un après. Ce “régime” fait parti des événements qui ont changé ma vie. Je peux dire que l’alimentation a une grande part, probablement plus importante que l’entraînement physique encore, dans notre perception de ce monde.

C’est d’autant plus singulier que je suis un garçon épicurien. Même si le sport a pris l’ascendant dans ma vie, j’ai un coté bon vivant et mes amis pourraient en témoigner. Ce n’est pas incompatible. Ceci étant dit, au cas où vous n’en auriez pas assez pris conscience:

L’alimentation CHANGE TOUT

Ce qui est très intéressant pour commencer ce n’est pas mon expérience particulière. Mais plutôt que d’autres personnes sont dans ce cas et ont la lucidité de l’identifier comme tel. Vous devez comprendre à quel point l’alimentation peut changer votre vie. Premier exemple: Steve Pavlina, ce blogger US à succès sur le thème du développement personnel, “conscience growth”, www.stevepavlina.com. Ce gars fascinant qui inspire des dizaines de milliers de personnes aujourd’hui, explique que la chose la plus importante qu’il ait faite dans sa vie, s’il devait n’en retenir qu’une, c’est devenir Vegan!

Le sujet n’est pas de militer pour ce mouvement, ce sera peut être un autre débat, mais plutôt de constater que cette personne qui a fait 10 000 choses dans sa vie, voyager aux quatre coins du monde, écrit des livres etc. se rend compte que la meilleure de ses décisions, celle qui a le plus changé sa vie en bien, est son régime alimentaire.

Le régime du guerrier de Ori Hofmekler

Mon régime du moment et ma première vraie révolution. Ori est le second exemple. Ce monsieur à autour de 65 ans maintenant. Vous le voyez en photo, vous signez pour être comme lui à son âge. Je vous recommande la lecture de ce livre hors norme issu de son expérience. En substance, le régime du guerrier consiste à manger des petites portions de légumes et de fruits crus la journée, puis prendre un vrai repas le soir. Essentiellement, il se décompose comme ceci:

  1. idéalement une phase jeûne de 16 heures
  2. une éventuelle alimentation extrêmement légère de jus frais et végétaux crus jusqu’à la fin de journée
  3. le gros repas du soir, moment auquel la phase d’alimentation est prévue (all in)

Le jeûne du guerrier est un pionnier. Il était l’un des premiers régimes à inclure une forme de jeûne intermittent.

Ce régime insiste aussi sur le bon choix des aliments, des aliments complets, non transformés, tels que trouvés dans la nature.

Quid des athlètes?

Terry Crews, acteur, ancien joueur de la NFL, discute de son alimentation et du jeûne intermittent qu’il observe depuis cinq ans. Il explique qu’il pratique cette technique: il jeûne pendant 16 heures, travaille principalement pendant cette période et après son jeûne il commence à manger. Il note deux choses: par conséquent il soigne ses repas (quand t’attends 16 heures pour manger, tu veux bien manger) et que c’est ce régime qui le garde en forme. Il se compare avec lui-même lorsqu’il avait 22 ans et dit se sentir mieux aujourd’hui. Il souligne qu’il est scientifiquement prouvé que le jeûne favorise la reconstruction et le renouvellement de nos cellules (Autophagie, Nobel de médecine 2016). Voici son témoignage en anglais:

Conor Mc Gregor, Ronda Rousey, deux des plus grands noms des arts martiaux mixtes MMA. Les deux s’entrainent régulièrement le ventre vide… Certains grands skippers ont aussi cette pratique pour habitude afin de rester alerte en mer alors que la fatigue se fait sentir. La star du surf, Kelly Slater? Evidement. Comment pensez-vous qu’il est resté champion du monde (11x) ou top challenger toutes ces années? Certainement pas en avalant trois repas copieux par jour. Comme quoi, même des athlètes qui brulent bien plus de calories qu’un gentil comptable assis toute la journée derrière son bureau, pratiquent le jeûne. Le témoignage de Kelly S. à ce propos est d’ailleurs très intéressant car il fait le lien entre le jeûne et la méditation, vers des états de conscience supérieurs. (cf n°spécial de l’équipe que je mettrai en ligne pour les intéressés s’ils m’en donnent le droit)

C’est précisément ce dernier point qui est intéressant. Le régime du guerrier, qui s’articule principalement autour d’une période de jeûne quotidien suivi d’une alimentation saine et abondante, n’est pas juste un régime. C’est une philosophie. Un art de vivre. Il induit l’énergie. Il induit le mouvement. Il induit la conscience, tous les sens, toutes les perceptions et même l’intuition.

Le régime du guerrier s’attaque à l’administration de l’alimentation mais aussi à sa qualité, prônant de manger sainement, bio si possible.

Parfois il ne faut pas aller chercher loin pour son bien être: remettre en cause l’alimentation. Remettre en cause cette facilité et cette abondance de cochonneries à laquelle nous avons accès. Je suis absolument du même avis et je vais en témoigner:

Nous avons beaucoup trop facilement accès à tout. Tout peut être facile, rapide, sans effort. Ce n’est pas ça. Ca ne peut pas être bon. La nourriture est le fuel du corps et par extension de l’esprit. Elle est la récompense de nos actions, notre travail. La récompense du déplacement, du mouvement, de ses efforts pour se la procurer. C’est pour cela qu’il est important de cuisiner: se faire à manger évite de consommer tout préparé/transformé. De plus, cela correspond à une phase de préparation du repas, il y a un effort et un aboutissement. Cela a du sens. C’est “raisonné” au niveau de l’individu moderne.

Je ne dis pas conscient 😉 Je ne rentrerai pas ici dans le débat de la chasse/pêche qui amène à la consommation animale mais il convient de se poser la question lorsqu’on consomme viande ou poisson par exemple. Savons-nous quel effort il faut vraiment produire pour avoir un morceau de poisson dans son assiette? Et j’ai choisi le cas le plus facile avec le poisson… Grand débat que celui-ci, qui peut rejoindre celui de la philosophie Végan.

Une révolution à la fois, revenons à notre méthode d’alimentation du guerrier.

Les apports du régime du guerrier:

  1. gain d’énergie: explosion pour être plus précis
  2. gain d’attention: plus alerte, la capacité de concentration est meilleure
  3. augmentation du métabolisme: c’est l’adaptation du corps à cette méthode d’alimentation
  4. perte de poids: assez évident, à la fin de la journée on mange moins et plus ce dont on a besoin
  5. détox globale progressive du corps mais aussi du comportement alimentaire. Ne plus être esclave de la faim est bien plus facile et jouissif que vous ne pouvez l’imaginer
  6. augmentation des sensations, notamment gustatives
  7. meilleure écoute du corps, une lucidité entre l’esprit et le corps s’installe
  8. purification de l’organisme par le respect du cycle de renouvellement des cellules grâce à la période de jeûne de 16heures
  9. réveil de l’instinct, de l’intuition et globalement de qui nous sommes vraiment
  10. le point le plus important: un vieillissement plus lent et une meilleur santé par la désintoxication du sytème immunitaire notamment mais plus globalement par le dopage de l’Autophagie => cf article. #mustread
  11. gain de temps, je l’ai gardé pour la fin. Même si je n’aime pas citer cet avantage puisque je trouve qu’on ne prend plus assez le temps pour les choses essentielles de nos jours, je dois le mentionner. On dégage beaucoup de temps pour autre chose à ne faire qu’un seul vrai gros repas par jour. SVP utilisez ce temps pour faire des choses salutaires pour vous

Chacun de ses 11 points sera détaillé dans un article dédié. Il suffit de cliquer dessus pour entrer dans le détail. En résumé, il s’agit de vivre mieux, plus activement (dans notre niveau énergétique en tous cas), plus conscient, et plus longtemps…

Vous pouvez contrôler votre alimentation et votre comportement alimentaire comme bon vous semble. Vous seriez très surpris de constater ce que le corps humain – donc cela inclut le votre normalement si vous me lisez – peut accomplir sans se nourrir à chaque instant.

Trois exemples: chacun à son niveau peut se surprendre.

C’est valable pour moi aussi bien entendu. Je pratique le régime du guerrier depuis 7 ans maintenant. Le samedi est en général ma plus grosse séance d’entrainement en terme d’intensité. Je prends bien le temps. 2 à 3 heures de muay thai en intensité pleine, échauffement, corde à sauter, étirement, shadow, assouplissement, gainage (anneaux etc). Sur une séance comme ça, je perds environ 8 pounds soit plus de 3,5kg chaque samedi (cf photo ci-dessous). Le ventre vide. Je m’entraîne disons de 14 à 16h, pas mangé depuis la veille au soir. Aujourd’hui je n’éprouve pas le besoin ni de manger, ni de boire pendant l’entrainement. Pas de baisse d’énergie avant la fin. Quand j’ai commencé cet exercice hyper physique, j’avais pourtant une banane et une gourde d’eau à portée de main. Je ne savais tout simplement pas si j’étais capable ou non. Fallait tester 😉

le régime du guerrier
Entrainement à jeun

Bon par contre après l’entrainement, bien que je ne mange pas tout de suite, c’est ré-hydratation optimale et quelques fruits pour reprendre un peu de sucre avant de casser le buffet… Je ne vais pas vous mentir, vous ne voulez pas m’avoir comme invité à manger après ça. Je vous assure.

Ceci étant dit, c’est un cas un peu extrême. Chacun ses passions.

Prenons l’autre exemple. Deux amis viennent me rendre visite récemment (au Québec) dont l’un passionné de Trail. Tous trois relativement sportifs, on s’est mis à courir pour visiter la ville, les environs, profiter de la forêt, montagne etc. Sans prêter trop attention, ils se sont calés sur le rythme de “guerrier”. C’est-à-dire qu’ils ont commencé à s’entraîner avec moi sans manger. Ni l’un ni l’autre ne pensait pouvoir courir un 21km à jeun (pourtant l’un est vraiment aguerri: ultra-trail etc, pas exactement un lapin de 6 semaines), et ils l’ont fait sans sourciller. Du coup la confiance s’installe et on a pu faire un Trail de 20km en montagne (1000d+) avec une bouteille d’eau pour trois et 1/3 de banane chacun! Le corps se libère de cette pression du mental: “attention mon grand/ma grande, il faut que tu manges sinon tu vas tomber”. Il dit plutôt “vas-y balance tout, t’es capable!” Je ne dis pas que l’hypoglycémie n’existe pas, attention. Je dis que le corps a des réserves étonnantes, et que lorsqu’on le libère de la pression de “ce que je suis supposé faire parce qu’on m’a dit que c’était comme ça” et qu’on expérimente nous-même nos propres limites – sans courir de danger et ni prendre des risques inconsidérés encore une fois – la surprise est grande et plaisante. Testez-vous, banane en poche 😉

Enfin, même pour des personnes non sportives. Mes parents par exemple. Lorsqu’ils me rendent visite, ils se calent sur mon rythme à demi. C’est-à-dire qu’ils coupent un repas. Celui du midi. Donc pour eux c’est petit déjeuner, journée active puis gros souper le soir avec moi.  Et bien l’expérience a été très bonne et une ouverture d’esprit pour eux. Voyons! Nous ne sommes pas obligés de manger trois fois par jours? Et en plus on se sent mieux?!..

Quand on mange moins et bien, on se sent mieux. Voilà tout le secret de ce régime. Il fallait y penser, c’est vrai.

Trouver son art de vivre

Bien sûr on ne passe pas du tout au tout du jour au lendemain. C’est une démarche progressive qui peut s’effectuer en douceur, avec rigueur et détermination si vous en avez l’envie. Le plus important n’est pas le régime du guerrier, mais de trouver son art de vivre. En commençant par le régime. Votre manière de manger à vous. Comprenez pourquoi c’est bon de jeûner et voyez si vous aimez ça. Adaptez à votre style de vie ou encore changez votre style de vie. Tout est possible, tout est compatible. Il suffit d’en être conscient et de le vouloir.

Ce que j’aime dans “le régime du guerrier” c’est avant tout ce qu’il n’est pas. Il n’est pas un régime, ni une prison. Il n’est pas prohibitif: ne mangez pas ceci, pas cela, trop de calories, etc. Il n’est pas strict et étroit: il stipule l’adaptation selon sa perception de la méthode d’alimentation et la définition de son propre art de vivre. Mais c’est plutôt une méthode ouverte, accès sur l’abondance dans la phase d’alimentation et sur la qualité saine de cette dernière. Pour moi il est loin d’être incompatible avec un esprit épicurien (dans une certaine mesure, je ne suis pas certain que Gérard Depardieu soit d’accord sur ce point).

Il est une forme d’ouverture d’esprit en lui même car il remet en cause ce que notre bonne société moderne nous sert depuis la naissance: les repas c’est matin, midi et soir! Bizarre, comme un médicament… Nous connaissons des campagnes de communication exprimant qu’il est mauvais pour la santé de grignoter entre les repas (nan sérieux?). C’est bien. A quand celle qui dira bouger et manger comme vous êtes naturellement.

Le corps est la source de notre énergie. L’alimentation est le fuel du corps. Et de l’esprit. Nous sommes ce que nous mangeons. 

Aussi simple que ça.

Pour les intéressés je rédigerai un article de “comment mettre en pratique le régime du guerrier dans notre société moderne”. Pour mémoire, lorsque j’ai commencé sérieusement cette méthode d’alimentation, j’étais cadre en finance dans une société de conseil à Paris. Cravate de rigueur, je sais de quoi on parle 😉

Le régime du guerrier est un livre méconnu du grand public. On ne le trouve presque plus en français (quelques rares occasions…). Pour acquérir ce chef-d’oeuvre en son genre en anglais c’est ici. Si vous ne lisez pas l’anglais, contactez-moi je verrai ce que je peux faire.

4 réponses sur “Le régime du guerrier, en substance”

  1. Cinq ans de Warrior…
    Que du bonheur. Et aucune possibilité de revenir en arrière.
    Nous sommes cinq filles à avoir adopter cette nouvelle philosophie de vie.
    Plus dur pour les hommes cause popote/salade du midi à préparer…

    1. Merci pour le commentaire. C’est top d’avoir d’autres retours. Bien d’accord avec cela, pas de retour en arrière lorsqu’on en perçoit les bienfaits. Cela n’a pas été compliqué de mon côté. Le repas du midi a rapidement disparu, réglant ainsi le problème de préparation. De plus, un repas frugal se contente largement de quelques fruits ou légumes crus qui ne nécessitent pas de préparation. A bientôt, Fab

  2. J’ai pratiqué le jeune du guerrier, il y a …30 ans de cela. Juste écouter mon corps et se rendre compte que je n’avais pas besoin de manger trois fois par jour pour etre bien. Il m’arrivait meme de ne pas manger du tout dans la journée a part quelques fruits et malgré cela je pratiquais activité sportive 3 a 4 heurs par jour. Puis, mariage, enfant pression sociale ( c’est pas bien de manger une fois par jour)/ résultat j’ai pris 25 kg…
    aujourd’hui libérée des contraintes familiales et sociales, je reprends avec joie le jeune du guerrier. J’ai déjà perdu 5 kg en deux semaines, et marche rapide deux heures par jour ainsi que deux séances natation (2500m crawl) par semaine. en très peu de temps malgré mon age et la ménopause, ma silhouette s’est affinée et tonifiée…Bref que du bonheur.

    1. Bravo et merci pour votre commentaire ! La “pression sociale” est probablement le plus gros frein à l’écoute de soi et l’application des choix qui en découlent. J’imagine que votre énergie s’en ressentira également. Très bonne continuation et n’hésitez pas à partager avec nous votre expérience ici ! Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *