Rencontre avec des éléphants

J’éprouve encore de la difficulté à exprimer ce moment qu’est la rencontre avec un éléphant. Un être vivant majestueux, unique. Une journée dans un sanctuaire d’éléphants aux abords de Chiang Mai a été le deuxième arrêt sur image lors de mon voyage en Thaïlande. Une expérience hors du temps lors de laquelle j’ai pris une grande claque de vie, purement et simplement.

Rencontre avec des éléphants

Se salir « un peu » (i.e. se couvrir de boue littéralement) vaut parfois la peine. Cela m’a permis de vivre un moment exceptionnel. Je vais tenter de l’exprimer avec des mots bien qu’il n’en existe pas d’assez profonds pour décrire cette aventure. 

Les éléphants sont des créatures tout à fait uniques. Ils semblent capables de vous connaître très rapidement. Ils vous regardent droit dans les yeux et sondent votre coeur. Ils perçoivent, ressentent. À leur contact je sens une profonde introspection en cours, une analyse naturelle. Qui es-tu? Quelles sont tes intentions? Puis-je te faire confiance? Ils me voient avec leurs sens d’éléphant, auxquels je suis sourd mais pas aveugle. Il se passe quelque chose, j’en suis conscient. Je ne ressens aucun danger et peux m’ouvrir largement à eux.

La naissance de la relation commence sur de bonnes bases avec la nourriture: des bananes, des kilos de bananes. Forcement là on est tous très copain. Leur entrain peut parfois être impressionnant mais pas de panique, ils sont intéressés par les fruits. Jetez le butin jaune et vous serez débarrassé des trompes chercheuses sur-le-champ!  

Il ne se produit pas les mêmes signaux, les mêmes échanges, selon les individus, éléphants comme humains. Ils vont sentir votre énergie et décider de connecter, ou pas. Je constate cela alors que je rencontre la Matriarche de la bande. Dès lors j’entre dans une autre dimension, un état différent de la perception sensorielle humaine habituelle. Comme un sens perdu. Je ne le sais pas mais un lien fort est en train de se créer avec cette immense grand-mère bienveillante. 

Vient ensuite une séquence qui va favoriser le tissage du lien: le bain de boue, activité favorite dans une vie d’éléphant. Ici c’est le jeu, le pur plaisir. Je sens leur côté espiègle fort, ils nous testent. Sommes-nous comme eux? Partageons-nous les mêmes intérêts? Avons-nous plaisir à nous couvrir de boue (et de crotte?), s’embourber, jouer, éclabousser, toucher, taquiner. Je me sens comme un éléphant, prêt à en découdre boueusement. Je me jette avec eux, recouvert de tout ce qui se trouve dans le bourbier. Je ne ressens aucune crainte. Je perçois clairement qu’ils apprécient que j’entre dans leur jeu. L’engagement est bien reçu: chouette un nouveau compagnon! Nous leur en donnons alors pour leurs bananes. Je recouvre la Matriarche de boue bien grasse. Elle est ravie. 

Une bataille de boue avec une paisible grand-mère qu’elle remporta bien soigneusement, haut la trompe. Satisfaite de son oeuvre (je suis repeint couleur éléphant), heureuse de cette collaboration et de l’absolue insouciance qui m’anime dans l’instant, nous avons joué sur le même terrain, les mêmes farces, au même niveau, à quelques kilos près. Nous étions exactement sur la même longueur d’onde. Elle m’a laissé intégrer son univers sans barrière, sans différence, et j’ai fait le chemin à sa rencontre. 

Observez son expression. Quel bonheur. On est bien. 

Rencontre avec des éléphants

Ainsi nous avons joué et nous sommes bien amusés. Plus tard viendra naturellement: « Puis-je me fier à toi? Compter sur toi? ». Le temps passé au contact, à la fois relativement court néanmoins intense, est le moyen de le savoir. L’énergie qui brûle en nous, l’amour que nous nourrissons, est la réponse. 

Il est temps d’aller à la rivière se baigner (et surtout se laver). Nous faisons le chemin ensemble. Les éléphants marchent librement sur la route et dans les chemins, nous à leurs côtés. Une véritable harde qui rejoint le point d’eau. L’éléphanteau quant à lui fait sa vie, explorant les alentours, se faisant rappeler à l’ordre de temps à autre.  

J’ai seulement une très faible conscience du monde qui m’entoure durant tout ce temps. Dans une bulle pachydermique, je suis détaché du groupe d’humains qui m’accompagne. Je suis captivé par les éléphants, la vieille matriarche en particulier avec qui le lien est fort. Je vois sur les photos de groupe, par exemple dans la rivière, que je reste occupé avec les éléphants. Jouer, interagir avec eux, voilà tout ce qui compte à cet instant. La photo n’existe pas. Suis-je même conscient qu’elle a lieu? 

Rencontre avec des éléphants

Je ne me souviens d’aucune personne durant cette immersion. En revanche chacun des éléphants, leurs préférences, leur personnalité, leur comportement, tout est clair. 

Les éléphants apprennent à vous connaître en tant qu’être vivant, pas en tant qu’humain. Leur filtre est différent. Leur vision est différente. Elle est celle du vivant, de l’essence même de la nature. Ils sont si puissants, immenses. Majestueux. Mais aussi tellement paisibles et bienveillants. Chacun d’entre eux pourrait écraser n’importe lequel d’entre nous en une seconde, mais il n’en est rien. Ils font attention à nous. Ils sont en réalité des animaux très attentionnés. Et dans une autre mesure encore, ils prennent grand soin de leur famille… 

Je ressens un niveau de conscience très élevé chez eux. Comme je n’ai jamais ressenti auprès d’aucun autre animal. Ils m’apparaissent sur un autre plan, une profonde conscience naturelle, calme, sereine. Une vibration particulière qui vous plonge dans l’instant présent. Rien d’autre ne compte, ni n’existe. C’est un puissant soulagement. Le mental se tait, laissant place à la pureté de l’instant et surtout à la pureté, un instant.   

Rencontre avec des éléphants 

Un mot sur l’enfant de la famille: monsieur Éléphanteau est un sacré cabochard. Il est en réalité le plus dangereux de la bande. Le seul avec qui il faut maintenir un niveau d’attention élevé et ne pas oublier que vous êtes avec un jeune malicieux de 2 ans qui pèse déjà 500 kg et qui n’a pas encore conscience de sa propre taille ni de sa force. Lui veut juste jouer, la taille on verra plus tard! Sauf qu’une demi-tonne de fougue lancée ne s’arrête pas comme ça…

Un gros coquin en somme.

Rencontre avec des éléphants

Les éléphants adultes en revanche sont conscients de leur corps. C’est précisément pour cette raison qu’ils ne nous piétinent pas, ni ne nous bousculent. Ils font très attention. Autrement dit, s’ils s’en prennent à quelqu’un ou quelque chose, cela découle d’un choix et non d’un accident. Amis septiques, regardez ceci

Mais globalement, ils sont plutôt d’humeur joyeuse. Comme cette soeurette qui nous conte une bonne blague et en reste hilare. 

Un moment magique, une expérience qui marquera ma vie entière, c’est certain. En même temps tout était « normal », naturel. En famille. Comment ne plus voir que nous sommes tous liés, au moins dans le monde du vivant? Tous de la même composition originelle, tous faits de la même énergie.

Rencontre avec des éléphants

Je suis touché en plein coeur par ces animaux magnifiques. Ils semblent avoir une compréhension instantanée de qui je suis, de mon énergie. C’est bouleversant. Je me rends également compte qu’ils m’apaisent.

Il existe chez eux une profondeur immense. Une très longue histoire, un calme remarquable. Au-dessus de tout cela, la sagesse et l’amour. Quelle claque. C’est l’animal le plus conscient que je n’ai jamais rencontré. Je suis désormais aimanté à la Doyenne. Elle semble vraiment m’apprécier, elle reste avec moi. Le lien est maintenant solide. Elle ne m’oubliera jamais, et laissez-moi vous dire une chose: réciproquement, je ne l’oublierai jamais. 

Rencontre avec des éléphants

Je quitte le sanctuaire vidé, dans un état second. Un mélange de joie pure, d’humilité profonde, et d’amour pour ces pachydermes. La connexion a été intense. J’ai du mal à retenir mes larmes sur le chemin du retour.

Le patron du sanctuaire, assis en face de moi, le sait. Il a vu le cheminement se faire et le lien se créer. Il me saluera d’une chaleureuse accolade et m’invitera à revenir faire du volontariat au sanctuaire pour m’occuper des éléphants si je le souhaite. Le soir je reverrai les guides du sanctuaire. Nous parlerons longuement, plusieurs me confieront la même chose, il s’est passé « quelque chose » de très particulier. 

Écrire ces lignes vient réveiller des émotions fortes. Je vois cette énorme entité remplie d’amour. Ce flux bienveillant d’énergie qui m’a tout d’abord inondé, sans couleur, sans forme, sans jugement, d’une pureté absolue. Et dans lequel j’ai pu à mon tour me déverser. Cela me rend complètement fou d’imaginer leur faire du mal alors qu’ils sont si paisibles et si sages. Ils sont la famille. On ne touche pas à la famille. À quel moment a-t-on arrêté de ressentir pour fermer les yeux et laisser place à la bêtise? Vraiment, comment est-ce arrivé?

Si vous lisez ces mots, vous qui voyagez, ne montez pas les éléphants. N’encouragez pas leur maltraitance. Quant à ceux qui leur prennent la vie, ils vous ont déjà pardonné. Mais vous, pourrez-vous vous le pardonner un jour? La nature est tellement, mais alors tellement au-dessus. Respect.

Je vous souhaite de rencontrer votre famille Éléphant un jour. Ce grand chef-d’oeuvre de la nature. Je serai reconnaissant pour ce moment ad vitam aeternam. Sincères remerciements au Sanctuaire Maerim Elephant qui recueille des éléphants exploités et sauvent des individus maltraités. Le sanctuaire leur offre une nouvelle vie, plus heureuse. 

Nous sommes tous des éléphants quelque part, ouvrons les yeux. 

Si vous avez encore 5 minutes, je vous invite à regarder le document attaché ci-dessous. Vous n’aurez plus aucun doute sur la pleine conscience de cet animal.

Un court document exprimant la conscience méconnue et bienveillante de ces magnifiques créatures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *