La loi de l’hormèse pour se renforcer

Nous avons vu que le sport à jeun permet de gérer son métabolisme. Par un effet hormonal naturel, nous rétablissons la manière dont nous produisons et utilisons l’énergie. Se pourrait-il qu’il existe d’autres techniques pour guider le système endocrinien? Pour explorer cela nous allons observer la loi de l’hormèse, ou comment un stress métabolique généré par le jeûne, l’exercice physique, la respiration ou l’exposition à des températures extrêmes, peut stimuler l’organisme.

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort

La loi de l’hormèse peut se résumer par la phrase de Nietzsche: « Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Autrement dit, la capacité d’adaptation du vivant à chaque situation de la vie, la renforce. Encore faut-il lui en laisser la liberté. Ne pas entraver la nature.

En effet, l’adaptation ne s’exprime pas en zone de confort. Elle se définit dans les extrêmes, par réaction de l’organisme à un stress. Ainsi rechercher l’inconfort à la juste mesure, est en réalité salutaire.

Or lorsque nous avons constamment le ventre plein, nourrissons à chaque caprice de l’estomac parce que la profusion de nourriture nous le permet; lorsque la climatisation et le chauffage omniprésents nous maintiennent constamment dans un environnement à 20*C; lorsque la sédentarisation a pris le dessus et que le mouvement n’est plus au coeur du quotidien; nous avons un problème: nous empêchons la capacité d’adaptation naturelle du vivant, et de fait affaiblissons la force de vie. L’énergie vitale.

Ici réside la puissance de la loi de l’hormèse et de, si ce n’est sa compréhension certes complexe, l’intuition de ses bénéfices.

Elle signifie simplement que tout organisme éprouvé s’améliorera dans la mesure où ce dernier a été exposé, de manière adaptée à sa constitution, à un stress puissant mais court. Ce principe naturel, partagé par tout le vivant, est un axe essentiel pour renforcer sa santé. Avoir un corps et un mental forts, plus résistants, pour un esprit sain, calme et serein.

L’hormèse se rapproche ainsi du concept de résilience. À l’origine, un terme utilisé en physique qui caractérise l’énergie absorbée par un corps lors d’une déformation. Transposé ensuite à la psychologie, nous retrouvons désormais l’idée dans l’économie (un secteur résilient, par exemple la technologie pendant le covid) ou encore dans les habitations avec l’isolation, la capacité d’autonomie, etc. L’énergie, l’absorption d’un choc, d’un changement brutal, est au coeur de la résilience.

En outre, la résilience est dynamique. En psychologie, à partir de problèmes qui peuvent relever du quotidien ou de chocs lourds, l’individu va déclencher des mécanismes qui vont l’amener tout d’abord à résister, puis possiblement à s’adapter, et voire parfois à connaître une croissance post-traumatique. Ainsi ce qui ne le tue pas le rend plus fort.

La loi de l’hormèse

L’hormèse, du grec ancien hormáein, « mettre en mouvement », désigne une réponse biologique à une stimulation, suite à des expositions de faibles doses de toxines ou d’autres agents ou à des phénomènes générateurs de stress (pic de température par exemple). Grâce à ce mécanisme, certains toxiques naturels ou agents polluants peuvent avoir un effet opposé, suivant que la dose reçue est faible ou forte.

Un organisme soumis à une dose très faible d’un agent chimique peut manifester une réponse opposée à celle observée pour une forte dose. Cet effet, quand il existe, ne doit pas faire oublier qu’il existe également des polluants comme les perturbateurs endocriniens, qui ont des effets toxiques pour de très faibles quantités, et d’autres comme les métaux lourds dont les effets sont synergiques et/ou cumulatifs dans le temps. Wikipedia

Comme l’avait si bien formulé Paracelse, « c’est la dose qui fait le poison » . Il s’agit donc de ne pas faire n’importe quoi. La loi de l’hormèse répond à un équilibre propre à chacun, selon sa constitution. Lui seul peut le trouver, faisant de cette aventure une voie de la connaissance de soi-même. Il s’agit d’une pratique sensible, dont la science ne maitrise pas tous les aspects. La conscience et la raison seront des alliés de choix sur ce chemin, à toutes fins salutaires.

Les mécanismes biomédicaux par lesquels l’hormèse se manifeste ne sont pas bien compris. Il est globalement pensé que la présence d’une faible dose de toxique déclenche certains mécanismes d’auto-réparation dans la cellule ou l’organisme, et ces mécanismes une fois activés sont suffisants pour non seulement neutraliser l’effet initial du toxique, mais également réparer d’autres défauts que le toxique n’avait pas provoqués.

Sans nous attarder sur les éléments externes à l’organisme, nous savons que ces mécanismes de résilience existent en nous de manière naturelle. Les déclencheurs en sont le jeûne, l’exercice physique, la respiration ou encore la température.

Nous avons largement couvert sur ce blog la puissance du jeûne avec le jeûne intermittent notamment et l’importance du mouvement à la santé. Nous observons également les deux autres portes d’entrée naturelles que sont la respiration et l’exposition à des températures. De la même manière que l’activité physique et le jeûne, la combinaison des deux est fort intéressante.

Les outils de l’hormèse

La loi de l’hormèse est connue des athlètes, en particulier dans le domaine de la musculation. Ils savent que pour augmenter leur puissance, ces derniers doivent développer de manière adéquate leur musculature. Cela passe par le phénomène dit d’hypertrophie, l’illustration physique même de l’hormèse.

L’hypertrophie est l’augmentation du volume des fibres musculaires. Elles grossissent sans que l’organisme ne crée de nouvelles cellules. Pour ce faire, les muscles doivent être sollicités au-delà de leur niveau de performance régulier. En d’autres termes, hors de la zone de confort, sans négliger la bonne exécution. Le muscle ainsi éprouvé présentera des micro-traumatismes: de petites déchirures dans ses fibres.

Commence alors la magie de notre corps: durant la phase de récupération qui suit l’entraînement, les fibres musculaires se réparent grâce à l’apport de nouvelles protéines. D’où l’importance d’en consommer suffisamment dans ces phases d’intensité et de stress métabolique, comme nous l’avons évoqué dans l’article du sport à jeun.

Et ce n’est pas tout: le corps, dans sa performance naturelle, ne se contente pas de réparer les déchirures, il renforce également les fibres afin de préparer les muscles à une nouvelle sollicitation de ce genre! Il s’adapte au volume d’entraînement en développant la masse musculaire. L’hypertrophie se produit durant la phase de repos. Ainsi, la phase de récupération est clé.

Bain froid / douche froide et sauna; raréfaction de nourriture; hyper-ventilation; choc physique via une activité intense; sont autant d’outils du phénomène hormèse. De la même manière que nous combinons l’exercice physique et le jeûne, la méthode Wim Hof combine le froid et la respiration. Pour Wim Hof comme pour VCLP, la méditation, la concentration dans le présent, en somme la pleine conscience, font partie intégrante de la méthode.

Tous ces outils affichent un point commun: la sécrétion de neuro-hormones par les glandes surrénales. Principale source corporelle d’hormones du groupe des catécholamines (adrénaline et noradrénaline), responsables de la gestion du stress… En substance, ces messagers commandent aux cellules de se renforcer. Face à un stress intense mais court, s’enclenchent des mécanismes adaptatifs vertueux qui vont permettre à l’organisme de se renforcer.

Ce, sur tous les plans: immunitaire, hormonal, nerveux, cardiovasculaire, musculaire. Encore reste-il le bon dosage, la fréquence, et bonne forme de stress à définir.

La loi de l’hormèse est l’utilisation, consciente ou inconsciente, de notre système endocrinien, dans le but de produire un gain. Un renforcement. Ce système gère nos hormones. Elles-mêmes sont des messagers biochimiques de l’organisme, part du système de communication interne. Le lien entre l’inconscient et l’enveloppe physique. Entre le matériel et l’immatériel.

Nous ne pouvons écrire cet article sans citer le travail de Pierre Dufraisse. Coach sportif et naturopathe, auteur de la chaine YouTube Vérisme TV, dont l’approche de la performance naturelle, de la pleine santé, et plus largement de la vie, est fort proche de la nôtre. Nous le remercions chaleureusement pour son oeuvre. Voici une interview le présentant et présentant la loi de l’hormèse et sa voie, celle de la nature. Amen.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments