Le développement personnel au cœur de l’art martial

Nous avons introduit l’art martial comme un moteur au développement personnel dans sa pratique. Nous allons maintenant pousser la réflexion et voir que dans son essence même, l’art martial induit le développement personnel.

Tout d’abord, définissons ensemble le terme. Il est possible que le développement personnel soit la raison de vivre de l’Homme. En ce sens de la quête de l’accomplissement de soi, dans la joie. Le bonheur émanant simplement de la reconnaissance et de la gratitude pour cette joie. Du chemin en somme.

Le développement personnel et le sport

Le développement personnel correspond à un style de vie permettant de découvrir et de mener à son plein potentiel individuel. Il est souvent motivé par le besoin de donner un sens à sa vie, de dépasser ses limites apparentes et de mieux cohabiter avec soi-même dans une optique d’accomplissement et de réalisation de soi. Mais il peut être simplement une quête de bien-être, sans prise de tête. 

En une phrase, il est avant tout la connaissance de soi-même afin de pouvoir (et in fine savoir) aligner nos actes et nos pensées. Corps et esprit. De cet alignement provient notre grand potentiel personnel.

De manière générale, tous les sports contribuent à votre développement personnel puisque la pratique sportive a des bienfaits sur le corps, mais également sur l’esprit et le mental contribuant ainsi à un bien-être global.

En effet, la pratique des sports permet de développer de nombreuses qualités comme le dépassement de soi, atteindre des objectifs, réduire le stress, améliorer les capacités cognitives, éloigner la dépression, augmenter la concentration, mieux gérer ses émotions, construire le leadership, inculquer des valeurs telles que la volonté, la détermination, la discipline, la résilience, etcDévelopper une écoute active de soi, garder estime et confiance en soi, et participer au développement de son intériorité.

Il convient d’insister sur une chose: le sport permet d’évacuer la négativité et d’empêcher son accumulation. En particulier les sports extrêmes, intenses, qui ne nous laissent autre choix que de les vivre pleinement, d’habiter le présent. Les arts martiaux s’inscrivent en ce sens et je ne connais aucune autre pratique qui recherche l’alignement de l’acte et de la pensée avec autant de consistance.

art martial et développement personnel
Qi Gong en haut de la Grande muraille de Chine

L’art martial

Un art martial va adresser autant l’aspect physique que mental et spirituel. Il s’agit ainsi d’un spectre large menant nécessairement à une vision plus globale et complète de la nature des choses. Il ouvre la voie à l’entraînement de l’esprit autant que celle du corps physique. Tout un monde invisible, immatériel, peu défini et néanmoins présent.

L’art martial amène à l’introspection. À l’apprentissage de la forme interne comme externe, en même temps, sans dualité. La maîtrise corps esprit induit la profonde connaissance de soi, le contrôle des émotions à un tout autre niveau. Ainsi et très simplement lorsque vous pratiquez les arts martiaux, vous pratiquez le développement personnel au sens large du terme, comme nous venons de le définir.

Pour cela, je pense qu’ils sont la forme la plus élevée du mouvement humain, devant la danse. Rien n’est plus complet à mes yeux que leur pratique. Ils englobent tout. De l’aspect méditatif, la contemplation, la visualisation, la conscience à l’alimentation et au mouvement complexe de son corps physique dans l’espace en interaction avec d’autres corps en mouvement, parfois en situation de stress intense.

En quoi cette maîtrise du corps et de l’esprit peut-elle nous aider à surmonter les entraves du quotidien? L’art martial porte en lui la faculté d’adaptation à toute situation, toute chose. En temps de paix, il se tourne vers la santé du pratiquant, en temps chaotique vers sa survie. Le propre du vivant est de s’adapter pour vivre et survivre.

L’estime et la confiance en soi

L’estime de soi est l’un des principaux moteurs du processus de réalisation de quand on parle de développement personnel. Il est démontré qu’avoir une bonne estime de soi favorise la réussite sociale. Hors de question de se sous-estimer, de penser que l’on ne mérite pas ou que l’on ne peut pas. Ne pas douter de ses efforts et du travail accompli lorsqu’il est réel et sincère. En outre, il convient d’éloigner les pensées limitatives ou négatives… et penser positif. L’estime de soi est la reconnaissance de sa propre valeur.

Le développement personnel favorise également la confiance en soi, ce carburant qui va nous permettre d’agir, prendre des décisions, faire valoir nos droits et nos envies, d’oser, de croire en nos capacités. La confiance en soi est la reconnaissance de ses propres compétences. Deux composantes majeures de la réalisation, fruits du développement personnel, sur lesquelles nous reviendront dans un prochain texte.

Une autre valeur fondamentale qu’on enseigne en matière de développement personnel, est l’acceptation. Et en particulier le sens donné à l’échec. Ce dernier demeure systématiquement une nouvelle occasion pour apprendre. Win or learn.

S’il y a une leçon dans chaque revers, c’est une opportunité de grandir toujours plus. En outre, il n’y a pas d’apprentissage véritable sans chutes répétées. Le plus important étant de se relever à chaque fois.

Ces notions dites de développement personnel, font partie de ce que l’art martial enseigne.

 

L’ADN de l’art martial

L’art authentique du brave a pour but d’entretenir sa santé, de protéger son intégrité physique et morale, d’éveiller son esprit afin d’influer sur le cours des évènements.

Entretenir sa santé suppose de connaître son corps, mais pas que. Se connaître soi-même, au complet est le plus grand dénominateur commun. De l’art martial au développement personnel, et c’est bien en ce sens qu’il faut lire l’histoire. La maîtrise de soi, de ses pulsions et envies afin de se mettre au-dessus des choses du commun des mortels.

Influer sur le cours des évènements, dans son microcosme ou plus loin. Lorsque le corps et l’esprit sont alignés et que les deux expriment la même envie, l’action qui est posée par la suite l’est avec une énergie tellement puissante que rien ne peut l’arrêter.

En guise d’illustration, la casse. Il n’est pas aisé de briser une brique à main nue. L’esprit du pratiquant visualise la brique brisée et le coup est porté au-delà de la brique. En d’autres termes, il faut rester cohérent avec soi-même et ses désirs pour réaliser ce genre d’exploit. Encore faut-il se connaître, ce qui nécessite une certaine discipline.

Les maîtres enseignent aussi que la chute est inévitable. C’est la décision que l’on prend de se relever qui compte. Dès lors partir l’esprit se raffermit et l’être devient beaucoup plus fort.

Par ailleurs, les arts martiaux apprennent à encaisser les coups, à endurer la souffrance afin de nous hisser au-delà de ce qui nous effraie. Connaissance essentielle quand on sait que tomber est inévitable. La détermination est assurément l’un des concepts qui restent communs au développement personnel et aux arts martiaux.

Le développement personnel à travers l’art martial

Chercher à se « développer », c’est chercher à améliorer notre potentiel humain. Une idée qui renferme notre volonté de maîtriser des clés pour mieux vivre, c’est-à-dire demeurer en harmonie avec soi-même, les autres et notre environnement, sans oublier la nature.

Ceci implique un certain recul sur la vie et ses aléas. Si le développement est synonyme de connaissance, il est avant tout un dépouillement. Le dépouillement de ce que l’on croit savoir sur tout, y compris nous-même. Cette « rééducation » passe par un long travail d’exploration et de reconquête de l’intégralité de l’être dans lequel l’expérience prime.

Bien avant qu’ils ne dérivent vers le sport, les arts martiaux étaient des moteurs au développement personnel. Ils le portaient en leur cœur. L’initié veillait à développer équitablement son corps et son esprit, son intellect et son ressenti, son amour de la matière et son intérêt pour l’invisible. L’équilibre des plans était gage de complétude.

Ainsi l’art martial se pose en outil fondamental de l’approche VCLP. Mais n’oublions pas qu’ils demeurent mouvement, et que le mouvement est un pilier de nos recherches et de notre enseignement. Pour un détail des qualités communes aux deux pratiques que sont l’art martial et le développement personnel je vous invite à lire cet article de l’école d’arts de santé et d’arts martiaux.

Bon entraînement à tous.

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Cet article vous parle ? Laissez un commentaire !x
Partagez
Tweetez
Enregistrer