De la répétition à l’intuition, la Voie de l’Archer

La voie de l’archer de Paulo Coelho présente quelques belles lignes et un cheminement lumineux. Le passage de la répétition à l’intuition.

L’idée commence ainsi:

« le geste est l’incarnation du verbe: autrement dit, une action est une pensée qui se manifeste. » p115

Ainsi nos actes sont le résultat de nos pensées. Ils sont les manifestations de l’esprit. D’où la prépondérance de non seulement considérer, mais aussi apprendre, le fonctionnement de celui-ci. Non pas dans un sens scientifique mais pratique. Utile au quotidien d’une vie humaine.

Un principe selon lequel la répétition peut nourrir l’intuition. Sorte d’étrange mécanique inusitée dans une époque où tout travail interne est intempestivement coupé par des sollicitations externes. Vous venez de taire les notifications de votre téléphone. Merci pour votre attention. Déconnectons aussi la montre.

Paulo Coelho continue ainsi:

« Le moindre geste peut nous dénoncer, de telle sorte que nous devons tout perfectionner, penser aux détails, maîtriser la technique jusqu’à ce qu’elle devienne intuitive. » p115

Ainsi la répétition permet la maîtrise, et la maîtrise laisse place à l’intuition. Si la répétition est limitante, l’intuition est créatrice. Nous avions défini l’intuition comme une expression profonde de l’Être: l’intuition est la saisie immédiate de la vérité. Sa vérité.

« L’intuition n’a rien à voir avec la routine, elle relève plutôt d’un état d’esprit qui se situe au-delà de la technique. » p115

Si la répétition et la routine peuvent être synonymes (et ennuyantes), rejoignant l’habitude, il semble qu’il existe une puissance au-delà. Par ailleurs nous avions déjà écrit la force de l’habitude.

Chaque artiste, qu’il soit martial ou non, chaque athlète, sait cela. Comme il sait que des heures de pratiques et des mois d’entraînement sont nécessaires pour intégrer la répétition en son existence et la transformer en sa propre intuition. Lorsqu’il se sera suffisamment entraîné, ce qu’il aura appris fera partie de lui. Il se sera nourri de la répétition pour permettre d’exprimer son propre potentiel de création.

En vérité, qui connaît la pratique par expérience, celui qui pratique donc, sait que la répétition semble identique mais est en réalité toujours distincte. Chaque geste, chaque pensée, est unique. Ils ne font que paraître les mêmes.

Ainsi la répétition, en passant par la maîtrise, est une des voies de l’intuition. Elle chemine du conscient au subconscient. Nous pouvons prendre l’exemple de la conduite automobile pour illustrer concrètement ce phénomène. Au départ nous pensons et analysons chaque situation consciemment. Au fur et à mesure des manœuvres et heures au volant, la nécessité de penser l’action se dissout jusqu’à devenir automatique et intuitive.

Si nous considérions les pensées sous la forme d’habitudes ainsi que l’intuition comme l’Être profond, nous pourrions nommer le passage de la répétition à l’intuition, alchimie. Du déterminisme à la création.

Les ouvrages se complètent: le guerrier de la lumière suit la voie de l’archer. Par la répétition il parvient à la maitrise. De guerrier il devient maitre. Mais le chemin ne fût pas sans doute.

Quand il les rejoint autour du feu, il converse avec ses compagnons et ses compagnes. Il sait que les mots qui sortent de sa bouche sont conservés dans la mémoire de l’Univers comme un témoignage de ce qu’il pense. Et le Guerrier réflechit: « Pourquoi est-ce que je parle tant, alors que bien souvent je suis incapable de faire tout ce que je dis ? » – « Les idées que tu défends publiquement, il faudra t’efforcer de vivre en accord avec elle », répond son coeur. C’est parce qu’il pense être ce qu’il dit, que le Guerrier finit par devenir ce qu’il affirme être. Paulo Coelho, Manuel du guerrier de la lumière

Mohamed Ali, dans son style bien particulier, a dit: « Je suis le plus grand, j’ai dit cela avant même de savoir que je l’étais ».

Le maître est celui qui a tellement répété, qui s’est tant consacré, qu’il a fait sien l’objet de la répétition au point de le transformer en sa propre intuition. Il peut alors se déverser dans son art et créer. Il peut aussi appliquer cet état dans d’autres moments de sa vie. Créer des ponts alors qu’il a l’intuition que tout est UN. Il a quitté le plan mental pour une présence accrue au monde.

Cela nous rappelle à la réflexion aristotélicienne: « L’excellence est un art que l’on n’atteint que par l’exercice constant. Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. L’excellence n’est donc pas une action mais une habitude. » Un maître, l’archer, prend l’habitude de répéter ce qui l’élèvera sur la voie qu’il a choisie en son âme et conscience.

Ce texte est l’occasion de nous entretenir à nouveau de la puissance de l’intuition et comment elle peut être stimulée. Pourquoi cette idée est majeure? Elle met en évidence que par le travail sur soi-même, par la répétition et l’entraînement, nous pouvons alimenter notre intuition. Ainsi changer nos pensées et par conséquent nos actes.

L’intuition fait partie de ce que nous sommes au plus profond. Nous consacrons un article au pouvoir du subconscient afin d’illustrer la « mécanique de l’esprit ». Pour inciter l’éveil et à suivre sa voie, nous nous quitterons sur trois citations se complétant:

Heureusement, certains sont nés avec un système immunitaire spirituel qui, tôt ou tard, rejettent la vision illusoire de ce monde qui leur a été greffé depuis la naissance jusqu’au conditionnement social. Ils commencent à sentir que quelque chose est mal et apparaît alors la recherche de réponses. La connaissance intérieure et les expériences extérieures anormales leur montrent un côté de la réalité que les autres ignorent et commencent ainsi leur voyage vers l’éveil. Chaque étape du voyage est faite en suivant le cœur au lieu de suivre la foule et en choisissant la connaissance et non pas les voiles de l’ignorance. – Henri Bergson

Chaque fois que vous vous trouvez du côté de la majorité, il est temps de faire une pause et de réfléchir. – Mark Twain

Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade. – Jiddu Krishnamurti

N’ayez crainte de paraître différent puisque vous l’êtes, nécessairement. Se conformer n’est que restriction et frustration. La voie de l’archer est la voie de la connaissance de soi. Devenir maître de sa vie et de sa création, pour ce qui peut l’être. Pour le reste, la sérénité d’accepter ce qui est.

Vos véritables alliés, ceux qui connaissent la voie de l’archer c’est-à-dire le développement personnel, l’élévation de soi, ne vous critiqueront jamais. Ils savent que l’entraînement est la seule et unique façon de devenir meilleur.

Un maître sait cela mieux que quiconque. Il sait que l’entraînement, par la répétition, amène l’élève à ne plus penser à ce qu’il fait. Il peut ainsi se déverser pleinement, de tout son Être, dans son action. « Dès lors, l’archer devient son arc, sa flèche et sa cible. » p120 Paulo Coelho, la voie de l’archer

Cet état de plénitude où l’on peut toucher l’infini, peut se reproduire mais aussi s’étendre. Dans le temps, à travers les disciplines, au quotidien. Ainsi la voie de l’archer mène à l’amélioration, à l’élévation et éventuellement à la plénitude. Qu’il convient, sans raccourci aucun, de toujours entretenir et de transmettre.

Pour en savoir plus sur cette sagesse ancienne, la connaissance de soi-même, nous vous invitons à continuer avec cet article. 

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments